Aymar de Lichtervelde nous parle de sa passion pour l’économie circulaire, et de biens d’autres sujets d’actualité.

27 ans, un parcours passionnant, et des convictions déjà bien ancrées.

« Je suis une personne enthousiaste, curieuse et exploratrice. Mon objectif professionnel est de construire une société plus durable, aux interfaces entre la science, la technologie et l’esprit d’entreprendre. Je suis passionné par l’économie circulaire et biosourcée. » m’annonce Aymar en se présentant.

« Après un diplôme de Bachelier en bioingénieur et un Master en biotechnologie, j’ai approfondi mes compétences scientifiques et techniques avec une expérience de recherche en modélisation mathématique. Fin 2018, j’ai saisi l’occasion unique de travailler comme Bioingénieur à la Station de recherche Princess Elisabeth en Antarctique, où j’ai effectué une première mission de 3 mois. Entre novembre et décembre 2020, j’y suis retourné pour une mission plus courte. »

Aymar, passionné et passionnant, explique que lors de ses travaux de recherche il a rencontré des génies qui l’ont marqué. “Mais ils n’avaient que la science dans leur vie”. “Je me suis rendu compte que j’étais plus polyvalent ; qu’il est important de s’intéresser à plein de choses. » continue-t-il.
Deux semaines après avoir rencontré Alain Hubert de façon tout à fait fortuite, celui-ci lui propose de venir s’occuper du traitement des eaux sur la Station Princess Elisabeth.

L’aventure commence sur la Station Princess Elisabeth pour Aymar en 2018

La Station a été construite lors de l’Année polaire internationale 2007-2008, et fut parachevée en 2008-2009, dans un but de recherche scientifique.
La Fondation Polaire Internationale a un caractère unique car elle associe des partenaires privés et publics. Le dynamisme du secteur privé et l’implication de grandes entreprises belges ont fait partie des clefs du succès.
Malgré un budget de base assez réduit (par rapport aux autres pays présents en Antarctique), la Fondation a un des concepts technologiques les plus avancés du Continent Blanc. Il s’agit réellement d’une vitrine technologique pour la Belgique. Cette Station offre un support technique et logistique vital pour de nombreux scientifiques du monde entier (grâce entre-autre à son alimentation électrique « off grid »).

Aymar est responsable du traitement des eaux à la Station.

La mission d’Aymar était double : améliorer la performance du système de traitement des eaux et automatiser son fonctionnement. Le but était ensuite de former un technicien polyvalent pour gérer ce système en son absence, en parallèle des nombreuses autres occupations à la Station. Le traitement des eaux usées (les eaux grises et les eaux noires) se fait grâce à l’utilisation de bactéries. « Je pouvais mettre là en pratique ce que j’avais étudié » me dit Aymar. La gestion de l’eau à la Station est un exemple d’économie circulaire.
On obtient de l’eau potable en faisant fondre de la neige Antarctique qui est très pure. Après minéralisation et contrôle sanitaire, cette eau est utilisée dans la cuisine, les douches, les machines à laver, les toilettes, etc. Les eaux grises et noires sont alors collectées et purifiées par le système de traitement, dans lequel les polluants organiques sont entièrement biodégradés. Une partie des eaux purifiées pourra être
recyclée et l’autre rendue à l’environnement, bouclant ainsi le cycle de l’eau (cf. « Cycle de l’eau à la Station Princess Elisabeth »).

PNG - 485.2 ko
ZERO EMISSION
Depuis des décennies, l’Antarctique est le foyer de la science et un exemple de gouvernance de la préservation de la nature.
La Fondation Polaire Internationale a signé le retour de la Belgique sur le continent avec la toute première station "Zéro Emission".
Il fallait à tout prix minimiser l’impact environnemental de la Station afin de respecter le Protocole du Traité sur l’Antarctique (Madrid 4-10-1991).
Cet objectif est entièrement réalisé ; la Station tire toute son énergie du soleil et du vent.
Son bâtiment est passif : la chaleur émise par ses occupants et le fonctionnement des systèmes techniques suffit à maintenir une température agréable à l’intérieur. « Se dire qu’on est en Antarctique et qu’on ne doit pas se chauffer, est fabuleux. » s’exclame Aymar !

L’intérêt du concept du Zéro Émission n’est pas seulement environnemental mais aussi économique et stratégique. La Station Princess Elisabeth a eu un retour sur investissement très rapide.
Le fait de produire l’énergie sur base de ressources locales et renouvelables comme le vent et le soleil permet une économie considérable dans les coûts d’opération de la Station. Et c’est d’autant plus vrai en Antarctique, où l’acheminement de carburant est extrêmement coûteux.

Aymar sourit et me fait remarquer que les panneaux solaires que nous mettons sur nos toits ont un retour sur investissement en +/- 6 ans .. le débat est ouvert ….

Interviewer Aymar fut passionnant, j’aurais pu l’écouter pendant des heures.
J’ai très vite compris à quel point il a envie de mettre sa pierre à l’édifice d’un monde meilleur, de transmettre tout ce qu’il a appris là-bas.

Il n’oubliera jamais cette fabuleuse expérience, et sa présence à la Station lors du 10ème anniversaire de l’inauguration de la Station (15/02/2009), à laquelle son père avait participé.

Petit clin d’œil à un père qui a sensibilisé son fils aux enjeux environnementaux et à la préservation de notre planète Terre dès son plus jeune âge.

Pour les plus intéressés d’entre nous : découvrez les sites de la Station et de la Fondation Polaire, ainsi que l’article co-écrit par Aymar à l’occasion d’une conférence internationale sur les systèmes environnementaux (ICES 2020) :

Antarctic station

International Polar Foundation : Home

Article plus technique

Video : les gardiens de l’Antartique

Droits photos : (C) International Polar Foundation

Interview réalisée par Sophie de Troostembergh

Article(s) lié(s)

Message du Docteur Yves Coppieters à nos jeunes ...

Nul besoin de présenter le Docteur Yves Coppieters ’t Wallant, un remarquable représentant de la noblesse du 21è...

Un aperçu dans le monde de la communication moderne

Expérience d’une jeune start-up bruxelloise en période de turbulence L’aventure ["87seconds"->...

"N’en parler jamais, y penser toujours !" * On nous écrit ...

Sérieusement sans se prendre au sérieux (Marie Thibaut de Maisières). Patrimoine immatériel (Paul Janssens). En vers...

Les effets du confinement sur les adolescents : message aux parents

Les mesures sanitaires imposées ont profondément bouleversé la vie et le comportement de nombreux jeunes. Pour mieux...

Vos petites annonces en ligne pour plus de visibilité !

Pour une visibilité garantie de votre petite annonce, découvrez notre application ! [Envie de publier une annonce...

Nos Partenaires