Les grottes de Han, c’est une entreprise familiale de plus de 165 ans dont la raison d’être consiste à « partager et préserver » un patrimoine exceptionnel au cœur de la Région Wallonne.

Pouvez-vous vous présenter et nous décrire votre parcours ?

Je suis descendante de la 6ème génération d’Edouard de Spandl qui a acheté le domaine des grottes de Han en 1856. C’était un passionné de ce patrimoine exceptionnel et un entrepreneur visionnaire qui s’est engagé dans ce projet formidable avant l’émergence du tourisme.

Je suis juriste et, après 11 ans de barreau en Corporate & Tax, j’ai rejoint le monde de l’entreprise. J’ai étendu ma formation pour évoluer et assumer des fonctions de direction dans différentes sociétés. C’est en 2010, alors que j’étais en année sabbatique, que le Conseil d’administration des Grottes de Han dont j’étais membre m’a demandé d’assumer le rôle d’administrateur-délégué que j’occupe toujours.

Je suis mariée depuis 43 ans et j’ai 3 filles et 2 petites-filles, ajoute Brigitte Malou.

Pouvez-vous nous expliquer les principaux défis liés à ce projet ?

Lorsque j’ai repris la direction des Grottes de Han, nous perdions des visiteurs depuis 15 ans. Contrairement au taux de transmission du virus qui doit rester sous 1, notre objectif est que notre taux d’attraction des Grottes de Han dépasse 1 et que tout visiteur en sorte séduit au point d’en faire la promotion autour de lui. Il a fallu 4 ans pour renouer avec une spirale positive.

Entre 2011 et 2014, nous sommes partis de l’existant : notre grotte qui est un bien commun extraordinaire et le parc animalier qui en est l’écrin la protégeant de toute urbanisation. Avec nos équipes, notre conseil d’administration et des consultants, nous avons commencé de grands investissements pour ré-enchanter les visiteurs. Nous nous sommes tout d’abord attaqués à l’éclairage des grottes pour en faire une œuvre d’art et en redécouvrir les couleurs et reliefs. Nous avons ensuite fait appel au grand scénographe Luc Petit pour réinventer le son et lumière pour en faire un spectacle immersif, non pas dans la grotte, mais de la grotte, avec un jeu de lumières, sons, musiques et images. Dans une grotte qui compte un taux d’humidité de 100% et des inondations fréquentes, vous vous en doutez, ce genre de projet ne s’improvise pas.

Ensuite, il y avait encore le parc de 250ha qu’on ne pouvait visiter qu’en safari-car. Or, cette nature est magnifique et mérite d’être parcourue à pied. Nous nous sommes donc lancés dans un autre projet titanesque pour développer un sentier de 6 km qui permet de découvrir le site autrement, à son rythme et en contact privilégié avec la nature et la faune de nos régions.

Le résultat est magnifique, l’expérience est authentique, sauvage et immersive et le pari réussi puisque la croissance a repris de façon constante, hormis ces deux dernières années évidemment.

Nos visiteurs sont passés de 250.000 en 2013 à 380.000 en 2019. Le confinement a aussi permis à certains de redécouvrir la nature proche de chez eux, ils viennent s’immerger dans cet environnement pour la journée ou ont opté pour un abonnement.

Dans le cadre de ce projet, de quoi êtes-vous la plus fière et qu’auriez-vous fait différemment ?

  • Je suis fière de partager ces merveilles avec le monde entier, d’agir de façon responsable par rapport à la région en préservant ce patrimoine touristique phare et de créer de l’emploi local.
  • Nous avons d’ailleurs été récemment nommés « patrimoine touristique préféré des wallons ». Ce terme de patrimoine est important pour moi car il évoque la pérennité et le rayonnement du site au-delà de la propriété privée.
  • Je suis aussi ravie que chaque année près de 400.000 visiteurs ressortent meilleurs de notre parc, sensibilisés à l’importance de la nature et de l’environnement, sans qu’on leur fasse la leçon mais en créant un lien émotionnel avec la nature.

Les défis permanents sont l’équilibre entre la gestion d’une société privée commerciale et une mission d’intérêt public. Souvent, ce type de site est géré par le public. Il est important de convaincre régulièrement toutes les parties prenantes, actionnaires, villageois, région et touristes de notre modèle économique qui doit être rentable pour être fidèle à sa mission de partage et de préservation et inversement, qui doit être fidèle à sa mission pour être rentable.

Le fait que vous soyez noble, l’avez-vous vécu comme un atout, une charge, un non-sujet, ... et pourquoi ?

A première vue, un non-sujet !

Néanmoins, à la réflexion, une des qualités propres à la noblesse est son respect pour le patrimoine comme valeur culturelle, naturelle, esthétique et son engagement à sa pérennité et à sa mise en valeur. Or, c’est ce que je fais.

Pour définir la raison d’être de l’entreprise, j’ai plongé dans son histoire qui est celle d’une remarquable lignée d’entrepreneurs visionnaires ayant su prendre des risques. Le fondateur, Edouard de Spandl, dont descendent quelque 200 actionnaires aujourd’hui, a inventé le tourisme en Belgique. Il est le précurseur du développement d’un circuit touristique dans une grotte. En 1897, il y a eu l’électrification de la Grotte, en 1906, l’introduction du tram et en 1960, sous la présidence de mon grand-père Léon de Pierpont, la création du parc animalier. La création de ce dernier s’inscrit clairement dans la volonté de limiter la pression urbanistique sur ce site naturel. Ce sont des prises de risques qui m’inspirent et dans lesquelles je veux m’inscrire.

Quel message souhaiteriez-vous passer à nos membres, particulièrement les plus jeunes ?

Si vous avez la chance d’entreprendre, commencez par vous interroger sur la raison d’être de votre projet en allant à la source de votre impulsion. Ensuite, mettez des mots sur cet exercice pour définir votre USP (« unique selling proposition »), votre proposition de valeur unique et restez-y bien aligné lorsque vous définissez votre stratégie.
Chez nous, la mission est « partager et persévérer ». Tous nos collaborateurs en sont fiers et la vivent tous les jours.

Enfin, un message pour vos membres, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter pour organiser des visites et je me ferai un plaisir de leur raconter l’histoire de la famille et du développement de notre patrimoine exceptionnel au sein d’une des plus belles régions de notre pays.

Infos : Grottes de Han


Nous remercions beaucoup Catherine de Dorlodot pour la réalisation de l’interview et la rédaction de cet article.

Article(s) lié(s)

La nouvelle mission de Paul Dujardin
au Cinquantenaire

Le Parc du Cinquantenaire et les musées situés sur ce site seront modernisés à l’occasion du bicentenaire de la...

Patrick de Caters nous invite à décoder les mécanismes du changement climatique

"Comprendre pour mieux agir". Le baron de Caters nous invite le 29 mars 2022 à décoder les mécanismes du changement...

On nous écrit en mars

Nous avons reçu ce mois-ci "une plaidoirie en faveur des jeunes en détresse" écrit par la Baronne De Jonghe, une...

Petites annonces

Descriptif section

Espaces à louer

Salons à louer pour vos événements

Activités 

Agenda des activités organisées par L’ANRB