Depuis que l’homme travaille, il manipule et traite de la matière – de la pierre, du blé, du bétail –, mais pour ce faire, il utilise aussi de l’information – des méthodes, des mesures, des calculs.

Vu sous cet angle, trois changements majeurs apparaissent aujourd’hui.

1. La matière est devenue limitée (alors que longtemps on a pensé le contraire)

Pendant des siècles, on ne pouvait imaginer qu’il y ait des quantités limitées d’eau, de bois, de charbon, de fruits. À présent, on sait que ce n’est pas vrai, même le sable est devenu une ressource rare.

Nous sommes supposés être entrés dans la société de l’immatériel. Et pourtant, il n’y a jamais eu autant de containers dans les ports, de sites touristiques saturés, d’emballages perdus dans les déchetteries, de passagers dans les aéroports et de grosses voitures sur les autoroutes surchargées.

Les technologies de l’information consomment une énorme quantité de… matière ! essentiellement des métaux rares, les déchets informatiques sont en passe de provoquer un désastre écologique dans les pays les moins favorisés et la consommation d’énergie de la blockchain donne des frissons.

2. L’information est devenue illimitée (alors que longtemps on a pensé le contraire)

Pendant des siècles, l’information était considérée comme limitée, gérable. Du temps de Vésale, la bibliothèque de la faculté de médecine de Paris ne comportait que 13 livres !

L’invention de l’imprimerie est souvent considérée comme le début de la réaction en chaîne du savoir, mais le mouvement amorcé à la Renaissance a plusieurs autres origines, bien plus profondes.

  • Après un Moyen Âge dominé par l’influence de l’Église, la Raison apparaît lentement comme une alternative à la Foi dans la recherche de la Vérité.
  • La philosophie, considérée depuis l’Antiquité comme une activité théorique pure, se voit avec Francis Bacon autorisée à être appliquée.
  • Les savants s’éloignent alors des pseudosciences qui se sont développées depuis quelques siècles. La magie, l’alchimie, la culture du secret sont mises à l’écart, l’exigence de l’initiation fait place à un souhait de communication.
  • Les instruments vont apparaître dans la vie quotidienne des savants. Galilée va utiliser un télescope pour regarder Vénus et Descartes des prismes optiques pour étudier la diffraction des rayons lumineux.

On le voit, plus encore qu’à l’imprimerie, la construction du savoir scientifique est surtout due à la fin de certains clivages, à l’abolition de dogmes ou même de tabous.

L’histoire de la connaissance est celle d’une explosion. Le volume du savoir est incommensurable et les questions posées à l’homme ne sont plus tant celles de l’organisation, de la publication ou de la mémorisation, mais plutôt celles du choix, de la propriété, de la fiabilité ou encore de l’accès à ces connaissances. Sur Internet, on peut trouver tout ce qu’on veut savoir. Mais qui va nous dire ce qu’on devrait savoir ? Et ce que vaut ce savoir ?

3. L’information a remplacé la matière comme centre de gravité du système économique

Le troisième changement que l’on constate est le basculement de polarité.

Au début du XXe siècle, la majorité des gens qui travaillaient gravitaient autour de la matière. Un mineur l’extrayait, un bûcheron la découpait, un boulanger la transformait, un marin la transportait, un apothicaire la vendait. Il y avait plus d’un million de gens de maison en France et l’agriculture occupait 42 % de la population. Les paysans, les maçons, les bateliers étaient physiquement fatigués le soir. Un siècle plus tard, deux tiers de la vie professionnelle tournent autour de l’information. Beaucoup d’informaticiens, de comptables, de professeurs et de fonctionnaires font du sport en fin de journée pour se détendre.

De nos jours, plus de la moitié de la population dite active tourne autour de l’information. Un programmeur la code, un gestionnaire la traite, un designer la conceptualise, un consultant la clarifie, un publicitaire la rend séduisante, un journaliste la rend accessible.

Il y a bien une inversion de polarité, le binôme matière-information est devenu le binôme information-matière !

Imaginons une entreprise active dans l’eau minérale et dédoublons le regard porté sur sa production. À côté de chaque bouteille d’eau produite, imaginons une deuxième bouteille, virtuelle celle-là, qui contient toute l’information et la connaissance à propos de la bouteille réelle. On y apprend l’endroit où elle se trouve, le nom de celui qui l’achète, la différence de prix par rapport aux bouteilles concurrentes, l’investissement fait en publicité pour sa marque, etc. On y trouve aussi l’expertise utilisée pour l’analyser, les brevets déposés pour le type de capsule, la nouvelle stratégie de l’entreprise pour les formats des bouteilles, etc.

JPEG - 20.1 ko

Et vient maintenant la question à 100 bitcoins : laquelle des deux bouteilles a le plus de valeur ? C’est la deuxième évidemment, avec une conséquence que Copernic n’aurait pas désavouée. La société qui conditionne et vend les bouteilles n’est en effet plus une entreprise qui fournit le marché en eau minérale et gère l’information qui y est associée. Non, cette société est une entreprise de big data qui est active dans l’eau minérale !


Nous remercions Monsieur Luc de Brabandère pour la rédaction de cet article.

Article(s) lié(s)

Caroline de Mahieu : une mezzo-soprano au répertoire très vaste

Lorsqu’on lit le C.V. de Caroline de Mahieu, on est impressionné par la diversité de ses expériences musicales et la...

Music Fund ou comment réparer les instruments de musique et leur donner une seconde vie.

Entretien avec Bernard de Launoit et Lukas Pairon, président et directeur général de Music Fund, association créée en...

"Tolérer un séjour irrégulier n’est pas humain" par Marc Bossuyt

Trop souvent, on parle de migration sans faire de distinction entre migration régulière et migration irrégulière. Une...

On nous écrit en juin

Découvrez "Un éloge du temps perdu" écrit par le Chevalier Jean de Codt, un article ludique sur "le voyage en groupe"...

Petites annonces

Descriptif section

Espaces à louer

Salons à louer pour vos événements

Activités 

Agenda des activités organisées par L’ANRB