Le “Nobel Belge” attribué pour la 11ème fois à un membre de la noblesse !

Le Pr Cédric Blanpain a reçu un des deux Prix Francqui-Collen 2020 . Cette distinction est attribuée par la Fondation Francqui à un chercheur belge de moins de 50 ans “ayant apporté à la science une contribution importante dont la valeur a augmenté le prestige de la Belgique”.

Une belle récompense après 18 ans de recherche fondamentale. Cédric Blanpain devient ainsi le onzième membre de la noblesse à se voir couronné du prestigieux prix, mais le cinquième le recevant en tant que noble. C’est le roi Philippe qui le lui remit, le 16 décembre, au Palais des Académies.

Diplômé docteur en médecine de l’Université libre de Bruxelles en 1995 avec la plus grande distinction, il effectua une spécialisation en médecine interne de 1995 à 2002 et défendit une thèse de doctorat en sciences médicales en tant qu’aspirant FNRS. De 2002 à 2006 il se consacre à l’étude des cellules souches à la Rocquefeller University. La revue Nature le sélectionne en 2012 comme l’un des dix scientifiques qui ont compté cette année-là.

En 2018 le Pr Cédric Blanpain a créé la spin-off Chromacure SA pour développer de nouveaux médicaments anti-cancéreux. Pionnier dans l’identification des cellules souches à l’origine des cancers de la peau, son laboratoire s’est appliqué à identifier celles à l’origine du carcinome basocellulaire, cancer le plus fréquent chez l’humain, mais aussi à l’origine d’autres cancers de la peau ainsi que de certains cancers du sein, du poumon et de tumeurs de la tête et du cou.

Ses recherches focalisées ensuite sur l’étude des gènes de ces différents types de cellules ont permis de montrer que la mutation du gène FAT1 est le plus fréquemment identifiée dans certains cancers. Une technique originale de traçage de cellules en laboratoire a permis de découvrir que ces cellules mutées deviennent plus invasives et produisent donc des métastases, mais peuvent former de surcroît une résistance aux traitements anticancéreux habituels. La perte de fonction du gène FAT1 muté étant la cause de 20 à 30% de tous les cancers, on est en droit d’affirmer que FAT1 non muté est un des gènes qui empêchent le développement du cancer.

Les résultats de ces études permettront sans doute de mieux identifier les médicaments les plus efficaces dans certaines tumeurs cancéreuses et à terme de personnaliser les traitements administrés aux patients. Une magnifique avancée médicale qui apporte de nouveaux espoirs pour le traitement de certains cancers.

Pour plus d’informations sur les autres nobles ayant reçu le Prix Francqui-Collen, veuillez trouver ici l’article ’La noblesse et la science" rédigé par le Baron Snoy et d’Oppuers (Het Bulletin N° 298 - Avril 2019) : PDF - 3.4 Mo

Article(s) lié(s)

Génération Z : un portrait

Pourquoi ne pas s’arrêter le temps d’une rubrique sur les jeunes nés autour de l’an 2000, que l’on désigne communément...

Découvrez notre 1ère Newsletter

Chers membres et amis, Au terme d’une année particulièrement chahutée, qui nous a rappelé à quel point notre...

Faites revivre vos cassettes VHS grâce à Memories Recorder, la start-up de Roch de Wasseige

Pourquoi ne pas profiter du confinement et de l’hiver pour faire revivre ses vieilles cassettes VHS et les faire...

Un moment avec Auriane et Colombe, auteure et illustratrice de livres pour enfants

Rencontrer Auriane et Colombe, c’est un peu comme rentrer dans le monde d’ « Alice au Pays des Merveilles », un moment...

Petites annonces

Descriptif section

Espaces à louer

Salons à louer pour vos événements

Activités 

Agenda des activités organisées par L’ANRB