Les grands changements économiques induits par la pandémie de Covid-19, sont d’une part l’accélération de la digitalisation et d’autre part la mobilisation mondiale sans précédent de la science, de la technologie et de l’innovation.

Peu de gens me contrediront lorsque je ferai remarquer que la pandémie a entraîné de grandes souffrances. Notre système de soins de santé a subi de fortes pressions : les hôpitaux ont dû, et doivent encore, adapter leur capacité en termes d’occupation de lits afin d’aider les patients du Covid.
Cela a des conséquences sur la prise en charge de nombreuses autres maladies qui sont parfois déprogrammées. Cette situation entraîne également une surcharge énorme pour le personnel de santé et nous ne pouvons qu’être reconnaissants et admiratifs de voir combien de médecins, de soignants et aussi de bénévoles ont donné et donnent encore le meilleur d’eux-mêmes. Beaucoup ont témoigné d’une grande résilience (QR) un don très important à côté du QI et du QE.

De nombreux dommages ont également été causés sur le plan social. Il suffit de penser à tous les entrepreneurs du secteur de la restauration, du commerce de détail, du secteur des voyages et de l’événementiel mais aussi du secteur culturel, bref tous ces secteurs dit “non essentiels” qui ont été contraints de suspendre leurs activités. Par bonheur, notre sécurité sociale, d’une part, et les allocations gouvernementales, d’autre part, ont en partie soulagé ces dommages. Cela étant, malgré ces aides de nombreux entrepreneurs et employés vivent très mal cette situation.

De nombreux jeunes foyers ont également beaucoup souffert de cette situation. Des pères et mères ont dû télétravailler alors qu’ils étaient contraints de s’occuper de leurs enfants cela du fait de la fermeture des écoles et des garderies... et ceci alors même qu’ils étaient souvent logés à l’étroit dans de petits appartements. Les étudiants des universités et des collèges ont également vécu une période particulièrement difficile. Les auditoriums, les terrains de sport, les cafés, les spectacles musicaux, les voyages et la vie en commun leur manquent. Enfin, il y a aussi de nombreuses personnes pour qui Covid-19 a été un véritable cauchemar. Il y a eu beaucoup de décès dans la solitude mais aussi des personnes ayant subi des séquelles permanentes.

Il y a pourtant une lueur d’espoir dans ce nuage particulièrement sombre. Dans le domaine économique en particulier, je pense que la pandémie de Covid-19 entraînera un certain nombre d’évolutions positives et un certain nombre de changements nécessaires. Il est indéniable que la digitalisation a pris son essor dans notre vie économique et personnelle. Selon certains experts, en un an de Corona, nous avons connu une accélération du développement numérique qui nous a fait gagner 5 ans. Cette accélération accroît la productivité : le télétravail, l’enseignement par le biais de webinaires, le remplacement des voyages d’affaires parfois inutilement long et coûteux par une réunion Teams, Google Meet ou Zoom, la commande de biens et de services par le biais du commerce électronique, la lecture de journaux et de magazines sous forme digitale, la banque par internet en sont autant d’exemples.

Certaines entreprises dans lesquelles « Vlerick Group » est impliqué en ont bénéficié et ont accéléré leur croissance. Smartphoto a connu une augmentation de la demande d’albums photos, de calendriers et surtout d’articles cadeaux, ce qui a plus que compensé la perte de cartes de communion (la croissance en 2020 était de 19,2%, où il est à noter que la commande par vecteur mobile a fait un bond de 42% par rapport à la commande sur ordinateur fixe, qui elle n’a augmenté que de 7%). Mediahuis a également augmenté ses abonnements de 11 %. Il convient de noter que l’augmentation des abonnements numériques a atteint 46 % et 47 % respectivement en Belgique et aux Pays-Bas. En outre, les sites d’information de nos journaux belges ont été visités quotidiennement par plus de 1,6 million de personnes, et plus de 300 000 personnes ont consulté quotidiennement nos applications d’information, ce qui représente une augmentation de 57 % .

D’autres entreprises ont connu une situation plus difficile, comme BMT Aerospace qui a vu ses livraisons à Airbus réduites de moitié par rapport à l’année précédente, et BIC Carpets qui, outre les revêtements de sol haut de gamme (dont le chiffre d’affaires est resté stable), a vu ses commandes de tapis d’avion s’effondrer.

Grâce à notre système belge de chômage temporaire, la plupart de nos entreprises ont traversé la crise relativement bien. Le PPP (Paycheck Protection program) a également bien aidé nos entreprises américaines. Les choses étaient différentes en Inde, où malgré le verrouillage complet de nos usines, nous avons continué à payer nos 4.000 employés sans aucune forme de compensation gouvernementale. Il est également remarquable de constater à quelle vitesse nos activités en Chine se sont rétablies à des niveaux pré-Covid. Certains économistes pensent que cette pandémie de Covid (renforcée par les récents déséquilibres logistiques) va accélérer un retour d’activités économiques de l’Asie vers l’Europe ou vers les États-Unis. Personnellement je ne crois pas trop à ce ‘’reshoring’’, parce que je suis convaincu que nous serons capables de faire face aux problèmes d’approvisionnement et aussi parce que la globalisation de l’économie au cours du dernier quart de siècle a non seulement sorti un milliard de personnes de la pauvreté, mais a également fourni aux consommateurs occidentaux une offre à des prix extrêmement compétitifs. Un retour d’une grande partie de la production d’Asie en Europe augmenterait considérablement le coût de la consommation pour nos citoyens.

Je m’interroge sur la forte augmentation de la dette publique belge en raison, d’une part, d’un manque de revenus de l’État et, d’autre part, des énormes efforts financiers consentis par notre gouvernement pendant la crise. Etant de la "vieille" école, je pense qu’il faudra un jour rembourser les dettes et que le paiement annuel des intérêts (qui pourrait s’avérer beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui si l’inflation augmente) laissera moins de marge de manœuvre aux gouvernements futurs. Les solutions drastiques et unilatérales proposées par l’un ou l’autre parti politique extrême peuvent sembler tentantes mais risquent de jeter le bébé avec l’eau du bain.

La mobilisation mondiale autour de la recherche et de l’innovation, soutenue financièrement par les gouvernements, les fondations privées et les entreprises, a fait que nous avons pu disposer de plusieurs vaccins Covid efficaces dans un délai beaucoup plus court que ce que l’on craignait initialement. La vaccination est LE passage obligé pour échapper aux griffes de cette pandémie.
Espérons que tous ces vaccins seront déployés dans le monde entier dès que possible afin que nous puissions mettre ce supplice derrière nous. Dans beaucoup de secteurs économiques des changements nécessaires, basés sur les innovations réalisées dans des centres de recherche des universités et des entreprises, ont été instaurés.

Pour de nombreuses personnes, cette période d’austérité forcée a conduit à une redécouverte de ce qui est vraiment important dans une vie humaine : un contact étroit (à 1,5 mètre, bien sûr), un contact profond avec les personnes qui nous sont très chères ; un déjeuner prolongé avec un ou deux amis seulement, agrémenté de conversations passionnantes ; des promenades à pied ou à vélo dans la campagne, dont nous avions presque oublié le calme et le bien-être ; prendre soin de ceux qui en ont besoin et qui sont à notre charge ; redécouvrir les belles régions, les villes et les villages qui nous entourent et dont nous avions perdu de vue la beauté dans nos vies précipitées. Nous devons chérir cette durabilité retrouvée dans nos vies et nous devons nous assurer que nous continuons à travailler - par la recherche, le développement et l’innovation - pour maintenir une planète saine où le vivre ensemble dans tous ses aspects permet "the pursuit of happiness" pour les générations actuelles et futures.


Nous remercions très chaleureusement le Baron Vlerick pour la rédaction de cet article.

Article(s) lié(s)

Bousculons-nous ! Confrontons-nous ! Ne restons pas dans notre confort !

Cette phrase n’est pas celle d’un philosophe âgé mais celle d’Alice de Broqueville, une jeune actrice de cinéma qui...

Forum aux Entrepreneurs par Guy de Marnix : vidéo

Le Forum aux Entrepreneurs du 10 mai dernier a rassemblé des orateurs de marque sous la houlette de Guy de Marnix....

On nous écrit en juin

"La rencontre conflictuelle entre Islam et Occident : un pont est-il possible ?" (Michel Annez de Taboada). Les...

Congrès de la CILANE

La CILANE regroupe 16 associations de noblesse en Europe. C’est en Belgique qu’aura lieu le prochain congrès...

Petites annonces

Descriptif section

Espaces à louer

Salons à louer pour vos événements

Activités 

Agenda des activités organisées par L’ANRB